Skip to Job Description
Assistant/e au Programme (Asset Creation and Livelihood/ ACL1)_SC5_Bujumbura
World Food Programme (WFP)
Full-time
Job Expired 12 Jun 2024
Expired
Posted 2 weeks ago
Job Description

.

Le PAM célèbre et embrasse la diversité. Elle s'engage à respecter le principe de l'égalité des chances en matière d'emploi pour tous ses employés et encourage les candidats qualifiés à postuler indépendamment de leur race, de leur couleur, de leur origine nationale, de leur origine ethnique ou sociale, de leurs informations génétiques, de leur sexe, de leur identité et/ou expression de genre, de leur orientation sexuelle, de leur religion ou de leurs croyances, de leur statut VIH ou de leur handicap.

A PROPOS DU PAM

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) est la plus grande agence humanitaire au monde qui lutte contre la faim. La mission du PAM est d’aider le monde à atteindre la Faim Zéro. Chaque jour, le PAM travaille dans le monde entier pour faire en sorte qu’aucun enfant ne se couche le ventre vide et que les plus pauvres et les plus vulnérables, en particulier les femmes et les enfants, puissent accéder à la nourriture nutritive dont ils ont besoin.

OBJECTIF DU POSTE

Pour atteindre les objectifs ci-dessus en matière de renforcement de la résilience, le bureau de pays a besoin d’un assistant au programme résilience (SC5) doté de solides compétences analytiques, d’une compréhension opérationnelle et d’une expertise en matière de partenariat pour soutenir la mise en œuvre des activités et l’amélioration des interventions de renforcement de la résilience au Burundi.
Le titulaire du poste travaillera sous la supervision directe du chargé du volet résilience et Protection Sociale et en étroite collaboration avec l’unité du programme et ses collègues.
L’assistant d’appui aux activités de résilience (SC5) soutiendra les différents projets de résilience au PAM pour aider à renforcer la fluidité entre les projets et assurer une documentation systématique et organisée des actions menées. Le titulaire fournira un appui pour aider les bénéficiaires en temps voulu.

Advertisement

CONTEXTE ORGANISATIONNEL

Le Burundi est un pays enclavé situé dans la région des Grands Lacs en Afrique de l’Est, particulièrement exposé aux catastrophes d’origine climatique. Les inondations et les épisodes de sécheresse y font peser les menaces les plus courantes et les plus graves pour
la production agricole. Le Burundi est le deuxième pays le plus densément peuplé de l’Afrique subsaharienne avec une population estimée à 12,3 millions de personnes, dont 50,4 pour cent sont des femmes et 44 pour cent ont moins de 15 ans. Plus de 72 pour cent des Burundais vivent en dessous du seuil de pauvreté. En 2020, le pays se classait au 185ème rang des 189 pays examinés dans l’indice de développement humain. Selon l’indice de la faim dans le monde de 2020, la situation au Burundi est alarmante, avec plus de 50 pour cent de la population touchée par une insécurité alimentaire chronique. Dans l’indice de capital humain établi par la Banque mondiale en 2020, le Burundi se voyait attribuer un indice de 0,39, ce qui indiquait qu’un enfant burundais avait 39 pour cent de chances d’être aussi productif qu’un enfant jouissant d’une scolarité complète et d’une parfaite santé en 2020.
Le Burundi accueille 87 000 réfugiés et demandeurs d’asile, essentiellement en provenance de la République démocratique du Congo, dont quelque 50 000 résident dans des camps et reçoivent une assistance alimentaire de la part du PAM. De plus, 290 000 Burundais ont le statut de réfugié dans des pays voisins ; depuis 2017, quelque 165 000 ont été rapatriés mais leur réintégration est souvent compromise par des litiges relatifs à la propriété des terres, l’un des principaux facteurs de conflit au Burundi.

CONTEXTE ORGANISATIONNEL - SUITE ET FIN

Le bureau de pays (CO) a élaboré un plan stratégique de pays provisoire CSP pour couvrir la période 2024-2027. La principale réorientation stratégique du présent ICSP consistera à adopter une approche fondée sur l’établissement de systèmes alimentaires durables à dimension nutritionnelle, porteurs de transformation des relations entre les sexes et tenant compte des conflits, dans le but d’obtenir de meilleurs résultats. Les effets directs stratégiques sont intrinsèquement liés: si la capacité du Burundi à mettre en place des filets de sécurité réactifs face aux chocs (effet direct stratégique 1) est renforcée, si les systèmes alimentaires sont améliorés d’une manière durable, si les filets de sécurité productifs (effet direct stratégique 3) contribuent à accroître la résilience des personnes les plus vulnérables touchées par des chocs et l’insécurité alimentaire en améliorant leur base d’actifs et de capitaux et si le capital humain est développé (effet direct stratégique 3), alors les interventions directes du PAM dans les situations d’urgence devraient être moins nécessaires. La réorientation sera facilitée par une expansion notable des transferts de type monétaire. Par ailleurs, une place centrale sera attribuée dans toutes les activités à la communication visant à faire évoluer la société et les comportements, à la problématique femmes-hommes, à la protection et à la responsabilité à l’égard des populations touchées.
Le PAM mettra en œuvre un plan d’une durée de quatre ans fondé sur les objectifs de développement durable 2 et 17 et le Plan stratégique du PAM pour 2022-2025. Le plan stratégique de pays est harmonisé avec le document intitulé Vision Burundi pays émergent en 2040 et pays développé en 2060, le Plan national de développement pour 2018-2027, le Plan de réponse humanitaire 2023 et le Plan-cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable 2023-2027. Le plan stratégique de pays est articulé autour de cinq effets directs :

Advertisement
  • Effet direct 1 : Les populations touchées par des chocs dans les zones ciblées, les rapatriés burundais, les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les réfugiés vivant dans les camps sont à même de satisfaire leurs besoins alimentaires et nutritionnels essentiels toute l’année.
  • Effet direct 2 : Les habitants du Burundi obtiennent toute l’année de meilleurs résultats sur le plan de la nutrition, de la santé et de l’éducation, ce qui contribue à l’amélioration du capital humain.
  • Effet direct 3 : Dans les zones ciblées, les populations en situation d’insécurité alimentaire et exposées aux risques, en particulier les femmes et les jeunes, les petits exploitants, les organisations paysannes et les acteurs des filières, disposent de moyens d’existence améliorés et plus durables toute l’année grâce à des systèmes alimentaires résilients, efficaces et inclusifs.
  • Effet direct 4 : D’ici à 2027, le Gouvernement et les acteurs nationaux au Burundi disposent de capacités, de systèmes et de services renforcés pour être à même de planifier, de concevoir et de mettre en œuvre des politiques et des stratégies relatives à l’assistance alimentaire et nutritionnelle, aux systèmes alimentaires, aux repas scolaires et à la protection sociale, et d’en assurer le suivi.
  • Effet direct 5 : Le Gouvernement et les partenaires de l’action humanitaire et du développement ont accès à des services communs fiables et à un savoir-faire qui leur permettent de venir en aide aux personnes vulnérables, de répondre aux besoins et de faire face aux situations d’urgence toute l’année.

PRINCIPALES FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS (liste indicative et non exhaustive) :

Sur la base des priorités du pays et sous la supervision directe du chargé de la résilience et Protection Sociale, l’assistant d’appui à la section résilience (SC5) appuiera la conception, la planification, la gestion et la mise en œuvre des projets de renforcement de la résilience du PAM en fournissant et en gérant les données, le soutien logistique et le suivi de la mise en œuvre du projet, en suivant une approche axée sur les résultats.
Sous la supervision directe du chargé du programme Résilience et Protection sociale, l’assistant de ce programme (SC5) sera charge de:
1.Fournir un appui en matière de gestion de projet et un appui administratif général dans le respect des objectifs définis ainsi que des politiques et des procédures du PAM.
2.En collaboration plus étroite avec le chargé de la Résilience et Protection sociale, appuyer dans la gestion budgétaire et la gestion de la durée de vie des projets
3.Aider à organiser des réunions avec d’autres parties concernées et à élaborer comptes rendus pour les réunions, ateliers ou séminaires
4.En collaboration avec le responsable du volet Résilience, organiser les activités de distribution de l’assistance aux bénéficiaires en suivant tous les étapes depuis la production des cash release note, la création des PO, la création des listes de distributions dans SCOPE , la compilation des plans de distribution, des documents déblocage des fonds et suivre de plus près le processus de distribution, y compris la réconciliation des données.
5.Regrouper les données et aider à l'analyse et à l'établissement des rapports des interventions de renforcement de la résilience (besoins d'assistance alimentaire, utilisation des ressources, état d'avancement des programmes, performance, etc.) afin d'appuyer la prise de décisions opérationnelles.
6.En collaboration avec l’équipe de communication, contribuer à la documentation des histoires de succès et de bonnes pratiques
7.Exécuter tout autre tâche relative au travail et en lien avec la mission du PAM tel que demandé par les superviseurs.
8.Assurer l'enregistrement précis et en temps voulu des données relevant du domaine technique considéré (évaluations de la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité, par exemple) en respectant les normes et les directives du PAM.
9. Collaborer et échanger des informations avec des collègues afin d'appuyer une collaboration, une mise en œuvre et un suivi efficaces des activités de projet en cours.
10. Faciliter la communication et les activités menées avec les partenaires, les organismes, les organisations non gouvernementales et les établissements publics présents localement

AUTRES RESPONSABILITÉS SPÉCIFIQUES LIÉES AU POSTE :

Sous la supervision directe du charge de programme Résilience , l'assistant de programme sera responsable des principales tâches suivantes :

1. Appui à la mise en place et à la mise en œuvre de programmes de renforcement de la résilience conformément aux directives, normes et procédures mondiales du PAM.
2. Soutien à la liaison avec les différentes unités fonctionnelles du PAM (unités d'activité, achats, finances, administration, logistique, TEC et sécurité, entre autres) pour assurer la conception et la mise en œuvre coordonnées des opérations du programme résilience.
a)Soutenir les activités hebdomadaires des groupes de travail techniques (organisation/rappels, comptes rendus de réunions).
3. Contribuer à la préparation de rapports précis sur les programmes et activités ACL1 qui permettent une prise de décision éclairée et la cohérence des informations.
4. Fournir un soutien efficace aux autres unités d'activités de programme dans l'utilisation de SCOPE et signaler les demandes et les problèmes soulevés par ces unités pour renforcer la planification et la mise en œuvre en temps opportun.
5. Contribuer à la préparation de rapports précis sur les programmes et activités ACL1 qui permettent une prise de décision éclairée et la cohérence des informations.
6. Assurez-vous que les documents clés sont stockés dans un référentiel en ligne et tenus à jour en tout temps.
7. Effectuer d'autres tâches assignées par le superviseur.

QUALIFICATIONS MINIMUM STANDARD

Education: Diplôme de fin des etudes du secondaires. Un diplome universitaire en économie, agriculture, affaires internationales, administration des affaires, sciences sociales, développement international ou autres domaines connexes est un atout.

Experiences: Minimum 3 ans d’expérience dans les activités d’appui à la résilience des communautés y compris la coordination avec les parties prenantes internes et externes. Une bonne compréhension des programmes de CBT et un soutien avéré à l’évaluation, à la conception, à la mise en œuvre et au suivi des programmes de CBT constituent un avantage.

Experience souhaitable: Expérience dans la compréhension technique des approches d'analyse de la vulnérabilité et des mécanismes de ciblage.

  • Bonne compréhension de la gestion de projet et de son application.
  • Connaissance des routines et des méthodes de travail afin de compléter les processus sous une supervision minimale.
  • Attitude proactive envers le partenariat
  • Comprehension des principes de la FFA.

Langues:

  • Excellente maitrise du française (niveau C)
  • La connaissance du Kirundi ou Swahili
  • La connaissance du l’anglais est un atout

COMPETENCES REQUISES POUR ENTRER DANS LE ROLE

  • Développement de partenariats
  • Travail d'équipe
  • Résolution de problèmes
  • Orientation vers l'action
  • Compétences en matière d'organisation et de gestion du temps
  • Communication écrite et orale efficace
  • Capacité à travailler sous pression et dans des délais serrés

TERMES ET CONDITIONS DE L'EMPLOI

  • Titre du poste: Assistant/e au Programme (Asset Creation and Livelihood/ ACL1) - SC5
  • Nombre de poste a pourvoir: 01
  • Durée du contrat : 12 mois
  • Lieu de travail: Bujumbura
  • Type de contrat: Contrat de Service / Service Contract (SC)
  • Les demandes seront reçues uniquement en ligne. Les dossiers ne comportant pas de diplômes et certificats requis ne seront pas considérés.
  • Donner dans votre CV les copies certifiées conformes à l’original des diplômes, de même que les pièces d’identité doivent être attachées dans la création du profile.
  • Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront invité(e)s aux tests.

DATE LIMITE DE DEPOT DES CANDIDATURES:

La date de cloture de depot des candidatures est fixee au 11 JUIN 2024 A 23h59.

.

Le PAM applique une approche de tolérance zéro à l'égard de comportements tels que la fraude, l'exploitation et les abus sexuels, le harcèlement sexuel, l'abus d'autorité et la discrimination. Tous les candidats sélectionnés devront adhérer aux normes de conduite du PAM et seront donc soumis à une vérification rigoureuse de leurs antécédents en interne ou par l'intermédiaire de tiers. Les candidats sélectionnés devront également fournir des informations supplémentaires dans le cadre de l'exercice de vérification. Toute fausse déclaration sur les informations fournies lors du processus de recrutement peut entraîner la disqualification ou le licenciement.

Le PAM ne demandera aucun paiement à aucun stade du processus de recrutement, y compris au stade de l'offre. Toute demande de paiement doit être refusée et signalée aux autorités policières locales pour que les mesures appropriées soient prises.

Advertisement
{{waiting}}
This position is no longer open.