Chargé de Programme Technologie Alimentaire SC-8
World Food Programme (WFP)
Closed on 15 Jul 2020
Location: Mali
Grade: SC-8, Entry Professional
Apply Now
Added 2 months ago
Job Description
Titre du Poste: Chargé de Programme Technologie Alimentaire SC-8
Type de contrat: Contrat de Service "SC"
Lieu d’affectation : Bamako
Unité/Division : Programme
Durée du contrat : 6 mois
Date d'ouverture: 30.06.2020
Date de clôture : 14.07.2020
.

WFP seeks candidates of the highest integrity and professionalism who share our humanitarian principles.

Selection of staff is made on a competitive basis, and we are committed to promoting diversity and gender balance.

À PROPOS DU PAM

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est la plus grande agence humanitaire au monde à lutter contre la faim dans le monde. Le PAM œuvre pour un monde où chaque homme, femme, et enfants à accès en permanence à suffisamment de nourriture pour mener une vie saine et active.

MANDAT ET INTERVENTIONS DU PAM AU MALI

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde. La mission du PAM est d'aider le monde à atteindre l’objectif Faim Zéro d’ici 2030. Chaque jour, le PAM travaille pour s'assurer que les populations les plus vulnérables, en particulier les femmes et les enfants, puissent avoir accès aux aliments nutritifs dont ils ont besoin pour mener une vie productive et saine.

Au Mali, le PAM soutient les efforts du gouvernement à travers une stratégie d’assistance visant à répondre à l’urgence humanitaire, renforcer la résilience des communautés et soutenir les efforts de développement durable. En collaboration avec les institutions de l’Etat, les Organisations non-gouvernementales (ONG) et les partenaires du système des Nations Unies, le PAM organisent des transferts monétaires ou en nature pour subvenir aux besoins alimentaires des familles affectées par les conflits ou les aléas climatiques, fournit des repas scolaires qui favorisent l’accès des filles et garçons à l’éducation, soutient la prévention et le traitement de la malnutrition, apporte l’appui technique et financier aux groupements de petits producteurs agricoles pour améliorer leur production et leur accès au marché.
Le PAM fournit également le service de transport aérien, assurant aux acteurs humanitaires et de développement, des transports sûrs, fiables et économiques à destination des régions de Mopti, Gao, Menaka, Tombouctou et Kayes, ce qui permet d'accéder aux populations les plus vulnérables. La plus grande agence humanitaire au monde soutient aussi le gouvernement et ses partenaires, à travers des analyses de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la fourniture des services logistiques et des technologies de l’information et de la communication.

CONTEXTE ORGANISATIONNEL

Contexte
La malnutrition reste un problème de santé publique majeur au Mali avec la prévalence de la malnutrition aiguë estimée à 9,4% et celle de la malnutrition chronique à 26,6%.
Les carences en micronutriments sont également répandues et affectent en grande partie les enfants et les femmes. L'anémie affecte 82% des enfants de moins de cinq ans et 63% des femmes.
L'analyse des tendances montre que tous les indicateurs nutritionnels ne se sont pas suffisamment améliorés pour atteindre les objectifs de l'assemblée mondiale de la santé.
Les déterminants de la malnutrition au Mali sont multidimensionnels et interdépendants, ils se réfèrent aux soins maternels et infantiles, à la sécurité alimentaire, à l'environnement sanitaire et à d'autres questions contextuelles fondamentales telles que les facteurs socio-économiques comme l'éducation, l'inégalité entre les sexes. D'autres conditions inquiétantes au Mali sont la menace pour la sécurité liée au terrorisme dans la partie nord du pays, qui provoque des vagues de déplacements massifs de population et les expose à une vulnérabilité accrue à la malnutrition.
Le poids des facteurs comportementaux est très déterminant dans la survenue de la malnutrition au Mali. Les pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant à titre d’exemple ne sont pas optimaux, seul 64% ont été initiées à l'allaitement maternel au cours de la première heure de leur vie et seulement 40% ont bénéficié de l'allaitement maternel exclusif pendant six mois selon l'enquête DHS 2018. L'introduction de l'alimentation complémentaire à partir de 6 mois est très faible, seuls 37% des enfants de plus de 6 mois reçoivent une alimentation complémentaire adéquate.
Les pratiques d’hygiène également ne sont entièrement adoptés par les communautés, seuls 28,7% des ménages ont un endroit spécifique où se trouvent de l’eau et du savon pour se laver les mains.
D’autre part on note que les pratiques de diversification alimentaire au sein des ménages sont très peu répandues.
Les données sur l’apport alimentaire minimum acceptable chez les enfants et les femmes restent encore à des niveaux très faibles, respectivement à 4% et 37% en 2019 malgré tous les efforts qui ont été engagés dans la sensibilisation sur les pratiques de diversification alimentaire.

CONTEXTE ORGANISATIONNEL- Suite

L’accès aux aliments de complément répondant aux normes de qualité est problématique. L’exercice de cartographie réalisé par le PAM pour évaluer le potentiel national pour la production d’aliments de complément fortifié a révélé qu’il existe de nombreuses initiatives de transformation à différents niveaux utilisant différent schéma de production. Une analyse des différents dispositifs nous a montré les éléments ci-dessous :
- Il existe de nombreuse entreprise qui dispose des équipements nécessaires pour appuyer la production d’aliments de complément fortifié
- On note également des unités qui s’investissent dans la production de farines infantiles fortifiées mais avec de nombreux déficit noté par rapport au respect des normes de qualité
- Il existe un important réseau de groupements de femmes qui font de la transformation de produits locaux qui constituent un potentiel pour la production de farine infantile au niveau local
De façon générale il existe un important potentiel pour la production d’aliments de complément fortifiés mais que des actions de renforcement de capacités sont nécessaires pour accroitre la production et la hisser aux standards de qualité requis pour les aliments de complément pour les jeunes enfants.
Partant de ce besoin et en lien avec la nécessité d’améliorer considérablement l’accès à des aliments de complément répondant aux normes de qualité pour les populations maliennes, le PAM a pris l’initiative d’inscrire dans son plan stratégique 2020-2024, une composante appui à la production locale d’aliments de complément fortifiés.

QUALIFICATIONS MINIMALES STANDARD

Qualifications requises

  • Éducation: Diplôme d'études supérieures en nutrition, sciences alimentaires, technologie alimentaire, génie alimentaire ou santé publique;
  • Expérience professionnelle: Un minimum de 5 années d'expérience professionnelle pertinente, de préférence en matière de fortification, sécurité et qualité des aliments
  • Mobilité: Volonté de travailler dans des contextes multiculturels et de voyager vers différents sites sur le terrain et notamment dans des environnements opérationnels difficiles;
  • Langue: Excellentes compétences en communication écrite et orale en français. Connaissance intermédiaire de l'anglais (niveau B)
RESPONSALITES CLEES (non exhaustives)

Tâches

Le technologue alimentaire aura à accomplir les tâches suivantes :

  • Appuyer la mise en place d’un cadre institutionnel pour soutenir la production locale d’aliments de complément fortifié au Mali en collaboration avec l’ensemble des acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la politique de nutrition au Mali
  • Appuyer la production de farine fortifiée à partir d’un modèle industriel avec l’entreprise « Les céréales de Tatam » à Bamako
  • Appuyer la mise en place d’un modèle de production semi industriel au niveau des régions de Mopti et de Ségou avec le réseau MISOLA
  • Appuyer la mise en place d’un dispositif de contrôle de la qualité pour assurer le respect des normes et standards de qualité dans la chaine de production des farines fortifiées
  • Appuyer la mise en place d’un modèle artisanale de production de farines composées enrichies à partir des réseaux de groupement de femmes et en connexion avec les actifs productifs mis en place dans le cadre du programme de résilience.
  • Appuyer le développement et la mise en œuvre d’une stratégie de marketing social pour améliorer la demande et la consommation des aliments de compléments fortifiés.
  • Documenter le processus et élaborer un plan de consolidation et de mise à l’échelle des initiatives qui seront mise en place.
4Ps PRINCIPALES CAPACITES D'ORGANISATIONS

Mission:
Comprendre et communiquer les objectifs stratégiques: aide les coéquipiers à articuler les objectifs stratégiques du PAM. Soyez une force de changement positif: suggère au superviseur des améliorations potentielles des processus de travail de l’équipe. Rendre la mission inspirante pour notre équipe: explique aux coéquipiers l'impact des activités du PAM dans les communautés bénéficiaires .Rendre notre mission visible dans les actions quotidiennes: explique comment les responsabilités de sa propre unité serviront la mission du PAM
Equipe :
Rechercher des moyens de renforcer les compétences des personnes: forme ses coéquipiers juniors sur de nouvelles compétences et capacités. Créer une culture inclusive: recherche des opportunités de travailler avec des personnes d'horizons différents. Soyez un coach et fournissez une rétroaction constructive: Sert de coach pour vos collègues dans le même domaine de travail. Créer un esprit «je veux» / «nous allons»: suit les progrès vers les objectifs et partage régulièrement ces informations avec le superviseur.
Performance :
Encourager l'innovation et les solutions créatives: explore les moyens d'être toujours plus efficaces et précis dans ses propres domaines de travail et partage de nouvelles méthodes de travail avec ses collègues. Se concentrer sur l'obtention de résultats: se concentre sur l'obtention de résultats et suit les tendances des taux d'achèvement pour ses propres tâches afin d'identifier les opportunités d'efficacité. Prendre des engagements et respecter les engagements:
Partenariat :
Se connecter et partager entre les unités du PAM: suggère au superviseur des opportunités de partenariat avec d'autres unités. Etablir de solides partenariats externes: identifie les opportunités de travailler avec des collègues et des partenaires sur le terrain pour atteindre des objectifs communs. Soyez politiquement agile et adaptable: Développe une compréhension de la valeur des équipes du PAM et des partenaires externes dans la réalisation des buts et objectifs de l'équipe.

Compétences et aptitudes

  • Bonne compréhension de la transformation ou de la technologie des aliments, de la fortification alimentaire, de l'emballage et de la distribution de produits enrichis nutritifs;
  • Bonne connaissance des bonnes pratiques de fabrication (BPF) et du point de contrôle critique de l'analyse des risques (HACCP). Connaissance des systèmes de gestion de la sécurité et de la qualité des aliments (par exemple ISO, BRC, IFS, GFS, etc.)
  • Expérience dans le développement des capacités, en particulier des organisations communautaires de base, du secteur privé et des homologues gouvernementaux sur les aspects liés à la sécurité et à la qualité des aliments, l'approche de la chaîne de valeur, l'enrichissement des aliments, la production locale,
  • Esprit de collaboration: capable de communiquer avec un large éventail de personnes à tous les niveaux
TERMES ET CONDITIONS

Ce poste est un contrat de service de 6 mois .

« A l'issu de ce recrutement un roster de candidat(e)s qualifié(e)s serait aussi constitué pour servir d’éventuels besoins futurs de postes homologues partout au Mali»

CE QUE NOUS OFFRONS
  • Salaire très attractif
  • 2 jours ouvrables de congés annuels par mois
  • Congé de maternité/paternité
  • 10 jours fériés par l’année
  • Assurance maladie pour le staff et dépendants
  • Couverture sociale
.

LES CANDIDATURES FEMININES SONT VIVEMENT ENCOURAGEES

About WFP

Assisting 91.4 million people in around 83 countries each year, the World Food Programme (WFP) is the leading humanitarian organization saving lives and changing lives, delivering food assistance in emergencies and working with communities to improve nutrition and build resilience.

As the international community has committed to end hunger, achieve food security and improved nutrition by 2030, one in nine people worldwide still do not have enough to eat. Food and food-related assistance lie at the heart of the struggle to break the cycle of hunger and poverty.

On any given day, WFP has 5,000 trucks, 20 ships and 92 planes on the move, delivering food and other assistance to those in most need. Every year, we distribute more than 15 billion rations at an estimated average cost per ration of US$ 0.31. These numbers lie at the roots of WFP’s unparalleled reputation as an emergency responder, one that gets the job done quickly at scale in the most difficult environments.

WFP’s efforts focus on emergency assistance, relief and rehabilitation, development aid and special operations. Two-thirds of our work is in conflict-affected countries where people are three times more likely to be undernourished than those living in countries without conflict. 

At WFP, we are committed to providing a safe and respectful work environment for all our employees. We adopt a zero-tolerance approach to sexual harassment, harassment, abuse of authority and discrimination in the workplace. WFP has a clear and robust framework (HSHAPD Policy) to address and deter such behaviour. 

The World Food Programme created an Ethics Office in 2008 to ensure that all staff members observe and perform their functions with the highest standards of integrity, as required by the Charter of the United Nations, and in accordance with the Standards of Conduct for the International Civil Service.

At the same time, WFP adopted a Whistleblower Protection Policy to guard against retaliation for individuals who report misconduct, provide information in good faith on wrongdoing by one or more employees, or cooperate with a duly authorized audit or investigation.